💵

Quels tarifs pratiquer en freelance ?

Question centrale, parfois tabou : combien est-ce que je dois facturer mes prestations ?

Elle mérite d’être clarifiée pour vous aidez à avoir une grille tarifaire cohérente et stratégique.

Nous avons vu dans un autre mini-guide comment calculer son tarif idéal : le tarif qu’il faut idéalement facturer pour atteindre le salaire mensuel de vos rêves.

Ici nous allons voir quels tarifs il faut stratégiquement faire payer ses clients pour réaliser ses prestations.

👉 Analyser le marché

Premier réflexe à avoir : regarder ce que propose la concurrence.

Et quand on parle de concurrence, c’est au sens large. Par exemple, si vous proposez la création de site internet vitrine alors vos concurrents sont aussi bien les autres freelances que les agences de communication/web.

3 méthodes rapides pour analyser le marché :

  1. Regarder ce que font les autres freelances sur des plateformes comme Malt, Codeurs, Rédacteurs ou bien tout simplement en regardant leurs sites internet si des tarifs sont affichés. Il est possible de faire exactement la même démarche sur le site internet des agences même si les tarifs sont rarement visibles.
  2. Demander un devis aux autres freelances/agences en vous faisant passer pour un client. Ça permet de bien comprendre leur tarification et comment ils la justifient. Attention cependant à ne pas abuser de cette méthode, sinon vous devenez une raclure.
  3. Se renseigner sur Google pour voir si des études existent. Chaque année de nouvelles études sont publiées. Malt propose par exemple un baromètre du tarif moyen par métier.

Vous avez maintenant un ordre d’idée des prix dans votre secteur.

Il est important de comparer ce qui est comparable. Les tarifs des freelances aux États-Unis ou de freelances avec beaucoup d’expérience seront forcément plus élevés que la moyenne.

👉 Avoir conscience de son impact

Dans un monde parfait, le montant à facturer est corrélé à l’impact de votre travail sur le business du client.

Si vous mettez 2h pour changer les textes d’une page d’accueil et que cela permet à votre client d’augmenter son taux de conversion de 200%, vous pouvez faire payer très cher.

À l’inverse, si vous passez 10 jours à travailler non-stop mais que vous n’avez aucun impact positif alors il sera difficile de justifier une tarification élevée.

Si vous facturez à la journée, comme la plupart des freelances, faites en sorte que le prix final corresponde aux résultats que vous aurez réellement obtenu.

Au final comme n’importe quoi dans la vie, le prix doit être corrélé à la valeur apportée et non au temps passé.

👉 Le variable : une bonne idée ?

Dans certains cas, un client peut vous proposer une rémunération variable en fonction des résultats de vos prestations.

Alors bonne ou mauvaise idée ?

Si vous êtes growth hacker, expert SEO, copywriter…il est évident que votre travail est censé avoir un impact plus ou moins rapide. Cependant n’oubliez jamais que votre temps a de la valeur.

Voici donc quelques conditions à réunir pour accepter un variable :

  • Exiger une rémunération (même peu élevée) fixe que votre client doit payer dans tous les cas. Tout travail mérite salaire.
  • S’assurer que les objectifs sont réalisables.
  • Accéder régulièrement aux résultats. Par exemple si vous êtes consultant SEO et que votre variable est calculé sur le nombre de visites vous devez avoir accès au Google Analytics du site internet sur lequel vous avez travaillé.
  • Avoir confiance en son client. Si vous avez un doute n’acceptez jamais le deal.
  • Enfin, le variable doit récompenser le risque que vous prenez.

Si les résultats sont excellents, votre rémunération doit être bien plus élevée que ce que vous auriez gagné en fixe. Sinon, quel intérêt d’accepter ce mode de rémunération ?

👉 Ne pas brader ses prix mais rester flexible

On le sait tous : pendant les périodes de vache maigre il est très difficile de refuser une mission ou d’être ferme sur ses prix.

Dans la mesure du possible, ne bradez jamais vos tarifs. C’est l’une des erreurs les plus courantes et les plus fatales des freelances. Car une fois que vous avez signé un contrat à un montant faible, il sera très compliqué de le réajuster pour ce client et les personnes qui viendront de sa part.

Cependant, dans certaines situations il peut être intelligent d’adapter ses tarifs.

Voici quelques exemples où il est bon de faire un geste commercial :

  • Un client propose une prestation long terme. Par exemple la rédaction d’articles hebdomadaire pendant 1 an.
  • Un prospect peu exigeant qui vous demandera beaucoup moins de temps que les autres.
  • Un client connu et reconnu qui sera une référence de poids dans votre portfolio.
  • Un client coup de coeur : vous avez eu un super feeling et la mission vous plaît.

Attention cependant à ne pas confondre les clients dont il faut prendre soin dans un esprit commercial et ceux qui vous demandent toujours plus, qui sont des clients à éviter.

Au final, votre tarif doit prendre en compte :

  • Les prix pratiqués par vos confrères sur le marché
  • La valeur que vous apportez à votre client
  • La situation dans laquelle vous êtes
  • L’intérêt de la mission pour vos objectifs long termes

Vous avez désormais tous les éléments pour déterminer vos tarifs.

Tous les freelances ont un prix, quel est le vôtre ?

Guide rédigé par Théau, Picasso du digital.

🚀

C'était bien ? On a encore mieux : un email qui se lit en 57 secondes, tous les mercredis, pour tout péter en Freelance.

Pas de spam, que du 💛

🙏 Partagez ce guide et augmentez vos chances d'aller au paradis !

👋 Vous avez un avis : n'hésitez pas à le partager en commentant.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

📩 57 secondes

Un email qui se lit en 57 secondes, tous les mercredis, pour tout péter en freelance.

😎 Fan zone

Ils nous aiment et recommandent notre contenu.